kunstenfestivaldesarts 2015

DAY ONE OPENING

Les Marches de la Bourse Anna Rispoli

La performance orchestrée par Anna Rispoli ne pouvait mieux ouvrir cette édition du kunsten. Par son côté politique et son côté bruxellois, elle symbolise une grande partie du terreau du festival. Avant que le bâtiment de la bourse ne soit dévolu à la bière et au tourisme, Anna Rispoli a voulu montrer comment et combien ses marches ont été occupées par des citoyens pour des revendications ou célébrations diverses du 10 novembre 1963 au 8 mai 2015, des post-baptêmes de l’ULB à la platform Pentagone en passant par les sans papiers, les Catalans, les Burundais,les Palestiniens, la marche blanche ou les supporters des diables rouges, la mise en question du nucléaire, le survol de bruxelles,  » free Ali Aarrass »…Aujourd’hui, on ne donne plus d’autorisation pour manifester sur les marches de la bourse. Ce  » re-enactment » nous montre la force citoyenne et sa nécessité d’exister dans toute démocratie. A les voir se côtoyer ces diverses manifestations, on se dit qu’il ne faut jamais abandonner ce rôle de citoyen. Cette performance fait également le lien avec l’édition précédente placée sous le signe du politique et l’esprit qui a fondé le Kunsten ouvert sur le monde et ses citoyens et les pratiques des artistes.

Gala / Jérôme Bel – Zinnema

Depuis une quinzaine d’années, Jérôme Bel est régulièrement invité à présenter ses créations à Bruxelles, soit au Kunsten, soit au Kaaitheater. Gala, le spectacle avec lequel il ouvre le kunsten, est dans la lignée de ses précédents spectacles et plus particulièrement de Disabled Theater ( KFDA 2012). On pourrait y lier aussi Un spectateur (KFDA 2009) et Cour d’Honneur (Avignon 2013). Car il est question de regard, « d’amour » et de désir. Dans Spectateur, Jérôme Bel racontait ses souvenirs et Images intégrées 1émotions de spectateur. Dans Cour d’honneur, des spectateurs narraient leurs images fortes de la cour d’honneur.

Gala commence avec un diaporama de salles de spectacles de toutes dimensions, de toutes architectures…La structure de Gala est semblable à celle de Disabled Theater : une présentatrice qui annonce ce qui va venir, une version de chacun pour une figure ( ici ballet, moonwalk, …) , des propositions de certains d’entre eux….Gala rassemble des danseurs amateurs de tous horizons, de tous âges,  de toutes corpulences… Tous n’ont pas le corps ciselé par la pratique qu’ont la majorité des danseurs professionnels, tous ne sont pas des virtuoses. Jérôme Bel met en avant le désir, l’amour de la danse. Il ne s’agit pas de fasciner par « le bien faire », l’excellence ou la maîtrise absolue. Avec Gala, on parcourt, vit et partage divers états du plaisir de la danse et du corps en passant par le classique, le pop, la salsa, les majorettes…

Gala est une ode au plaisir et au désir de la danse. A voir !!774810-jeromebelchermansorgeloos2jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s