On ne rejoue pas le passé // Timeloss Amir Reza Koohestani

Image

La nouvelle mise en scène d’Amir Reza Koohestani (°1978 Chiraz-Iran) cite celle avec laquelle on l’a découvert en 2004 au Kunsten : dance on glasses. Soit les derniers échanges d’un couple qui se sépare. Timeloss débute dans le noir. Une voix off, celle du metteur en scène, nous raconte que tous les spectacles,qu’il a fait, sont dédiés à une seule personne, qui n’est jamais venue les voir depuis leur rupture narrée dans Dance on glasses. Pour le DVD de ce spectacle, il doit réenregistrer les voix car le son est de piètre qualité.  Sur scène, non plus face à face séparé par la longueur de la table, mais ne se faisant plus face, le regard collé à la vidéo, le texte posé sur la table. Ils répètent avant l’enregistrement. Que répètent-ils ? une pièce qui commence par un jeu ou une séquence de leur vie passée qui tente de se superposer à leur aujourd’hui.  Ils ne se sont plus vus, ni parlés depuis leur séparation. Ils tentent d’en ausculter la raison. Elle la lui raconte, c’est après une fête d’anniversaire où ils ont été comme absents au monde et à eux-même. Ensuite ajoute qu’il y a nombre de disputes. Et lui continue de demander si c’est ça la réalité de leur séparation, cette fête, argumente que les disputes sont intrinsèques à  la vie de couple, veut savoir quelle est sa vie aujourd’hui , a-t-elle aimé un autre homme….  Peu à peu, leur dialogue au présent se confond comme il se confronte avec les paroles de  » dance on glasses ». Lui paraît perdu, toujours blessé par cette rupture, elle s’affirme sans regret avoué, libre… On ne rejoue pas le passé nous dit la voix off prenant pour exemple le mythe d’Orphée qui perd à nouveau son Eurydice en se retournant .  Qui est mort, ne revient pas à la vie, amours, personnes… et la voix qui égrennent des amis morts dans le tremblement de terre de Bam, dans un accident …  Dans le programme, Amir Reza Koohestani présente son théâtre  comme « celui de l’incapacité des hommes et des femmes à se lever ». C’était présent dans son Ivanov. Encore plus ici, où l’homme est incapable de quoi que ce soit envers la femme qu’il aime encore. C’est sur cette incapacité et ce regard vers le passé que la pièce touche délicatement.

 

Théâtre National de la Communauté française
7, 8/05 – 20:15
9/05 – 22:00
10/05 – 18:00
Farsi > NL / FR
1h

Text, direction & stage design
Amir Reza Koohestani

With on stage
Hassan Madjooni, Mahin Sadri

And on video
Abed Aabest, Behdokht Valian

Music & sound creation
Pouya Pouramin

Costumes designer
Negar Nemati

Video & technical direction
Davoud Sadri

Director’s assistant
Mohammad Reza Hosseinzadeh

Stage manager & surtitles operator
Negar Nobakht Foghani

Translation & surtitles adaptation
Massoumeh Lahidji

The play contains video excerpts of
Dance On Glasses

Text, direction & stage design
Amir Reza Koohestani

With
Sharareh Mansour Abadi, Ali Moini

Choreography
Ehsan Hemat

Music
Thousand Years by Sting

Production
Mehr Theatre Group

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s